Poster un message

En réponse à :

Bernard Friot - L’enjeu des retraites

27 février 201121:54, par inconnu

C’est un courage que peu ont. Il est plus confortable d’être dirigé, gouverné, d’obéir sans se poser de questions, de déléguer aux puissants le pouvoir de contrôle sur sa vie, de se fondre dans le moule quel qu’en soit le prix. Il y aura toujours des individus assez lâches pour justifier l’ordre établi, pour être au côtés des maîtres même s’ils n’en font pas partie. Certaines personnes appellent cela le syndrome du larbin.
http://www.legrandsoir.info/Le-syndrome-du-larbin.html



Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.