Le podcast confiné de TvBruits

samedi 18 avril 2020 , par Polo dans SON-AUDIO SUR TV BRUITS


On s’est adapté comme on peut, plus de vidéo mais quand même de l’audio !

Le contexte anxiogène actuel, renforcé par la propagande d’État aux accents belliqueux rend difficile l’analyse politique. En effet, difficile d’y voir clair et de prendre position sans s’exposer à un procès en irresponsabilité - et dire des conneries ?

Cependant, on se dit que tout ne tourne pas rond

On garde en tête que nos gouvernants ont compris depuis bien longtemps comment utiliser la "stratégie du choc" , et prendre conscience des dangers et des consignes sanitaires ne signifie pas se plier aux directives de l’État, jamais avare en politique autoritaire, mensonges, rétentions d’information et discours foireux.

Alors pour nous aider à y voir plus clair, TvBruits vous propose des entretiens, à la durée un peu aléatoire, avec les différent.es acteurs et actrices de la santé. C’est une modeste contribution aux initiatives plurielles de collectes de témoignages ayant pris forme ces dernières semaines.

Faites tourner !

#coronavirus #COVID19

Tous les podcast sont à écouter via le lecteur vimeo et sa playlist par numéro ci dessous :

LE PERSONNEL DE SANTE

PODCAST CONFINE #01
Sophie anesthésiste, centre hospitalier intercommunal de Villeneuve Saint-Georges Val de Marne
entretien réalisé le 7 avril 2020
Sophie a 31 ans, elle travaille au bloc opératoire depuis 2 ans et demi. Son quotidien d’habitude c’est accueillir les malades au bloc opératoire, les endormir, les réveiller et surveiller toute la phase post-opératoire. Elle voit habituellement des patient.es venu.es pour toutes sortes de problèmes : appendicite, péridurale, césarienne, interventions orthopédiques, sur le système digestif etc. Aujourd’hui elle nous décrit comment le COVID a transformé tout ça.

PODCAST CONFINE #02 la situation à MAYOTTE :
Pauline et Pierre, tout deux infirmier.e au Centre Hospitalier de MAYOTTE (CHM) nous parlent de la situation actuelle sur l’ile et dans l’unique hôpital de l’ile principale (Grande Terre). Pierre est infirmier depuis 2010 et travaille au CHM depuis l’été 2019 en tant qu’infirmier de bloc opératoire. Pauline elle est infirmière depuis 2004 et travaille comme infirmière en soin généraux au CHM depuis aout 2019.

PODCAST CONFINE #03 Catherine, Infirmière coordinatrice en EPHAD
"On réduit les soins en EPAHD, plus de psychologues, alors que certains soufrent de pathologies psychiatriques, les kinésytherapeutes, n’interviennent plus que pour des soins respiratoires. L’ isolement et l’ immobilité auront des conséquences sur la santé des personnes en EPAHD"

PODCAST CONFINE #04 Marine, Urgentiste au CHU de Pointe-à-Pitre - Abymes en Guadeloupe
Pour l’instant le COVID n’a pas frappé trop durement la Guadeloupe mais les situations de crises sont habituelles. Entre les ouragans et les incendies le CHU de Pointe-à-Pitre - Abymes travaillait déjà en situation de crise avant l’arrivée de la crise.

PODCAST CONFINE #5 - Céline, anesthésiste réanimateur - Région Nord-Est de la France
Partie 1
"Faut garder en tête que la grippe A c’est la même chose, c’est juste que là on a pas de vaccin"
Céline a 50 ans, elle est anesthésiste-réanimateur depuis 25 ans. Elle exerce dans des structures hospitalières et des établissements privés dans une région du nord-est de la France.
Depuis son expérience, elle nous explique comment, bien avait les recommandations institutionnelles, les soignant.e.s se sont organisé.e.s pour accueillir les patients atteints du COVID-19. Elle nous parle d’une situation moins alarmante que celle décrite par les médias et les politiciens, et questionne l’impact que ces discours ont pu avoir sur les soignants eux-mêmes.
Partie 2
"On n’est pas des soldats parce que c’est pas la guerre."
Céline a 50 ans, elle est anesthésiste-réanimateur depuis 25 ans. Elle exerce dans des structures hospitalières et des établissements privés dans une région du nord-est de la France.
Dans cette deuxième partie d’entretien, elle nous donne un pont de vue critique sur la situation : mise en scène héroïque du corps médical, rivalités entre services, intérêts financiers des médecins et des laboratoires, polémique autour de la chloroquine...

PODCAST CONFINE #6 - Clémence, Infirmière et co-responsable de la mission rue de Médecin du Monde à Toulouse
"Moi je pense que c’est au gouvernement qu’il faut faire la guerre pas à l’épidémie"
Révoltée par l’oubli total des personnes mal-logées ou sans-logis durant le confinement elle nous raconte que la situation - tout comme celle de l’hôpital - était déjà catastrophique avant et que la pandémie n’a fait qu’exacerber les problèmes déjà existants.

PODCAST CONFINE #7 - Cécile, sage-femme dans la région toulousaine
"La pandémie du COVID 19, ça a fait un peu réfléchir les gens sur pourquoi on allait accoucher à l’hopital et pourquoi on accouchait pas à la maison."
Entretien réalisé le 8 mai.
Cécile est diplomé depuis 2011. Après 5 ans de travail à l’hopital, elle choisit de changer la façon d’exercer son métier et décide d’accompagner lles personnes qui souhaitent donner naissance à domicile.
Elle nous raconte ce que le COVID a changé dans son quotidien de sage-femme et pour les accouchements à domicile.

PODCAST CONFINE #8 - Sylvie, Yoram & Sidonie - Association pour le soin queer et féministe à Toulouse - Partie 1 & 2
Sylvie Dalnoky, Kyn Yoram Krakowski et Sidonie Richard, respectivement
psychologues et médecin généraliste, ont créé récemment à Toulouse
l’association pour le soin Queer et Féministe (ASQF). De part leurs
pratiques et engagements, iels ont pu identifier sur le territoire des
besoins d’accès aux soins et d’amélioration de la santé globale des
personnes minorisées de genre. Iels se mobilisent sur l’accueil de ces
publics, en partenariat avec le tissu associatif et institutionnel local
en proposant des consultations et des formations.
Dans leur cabinet respectifs, les membres fondateurs.trices de l’ASQF
accompagnent notamment : des personnes marginalisé.e.s dans le champ
social (personnes lesbiennes/queer/trans/intersexes, travailleuses du
sexe, séropositives, en situation de très grande précarité, ...) qui
peinent à trouver des espaces de soin aptes à les accueillir sans les
pathologiser ni les juger sur leur vie ; des personnes victimes de
violences sexistes, sexuelles et de genre (inceste, viol,
stigmatisations, discriminations, invisibilisations, humiliations,
agressions physiques, ...) voire victimes de tortures et de réseaux de
traite d’êtres humains, qui ont besoin d’interlocuteur.e.s formé.e.s sur
les traumatismes ; ainsi que des personnes en grande souffrance physique
et/ou psychique (pathologies chroniques, douleurs chroniques, accidents
de la vie, ...) qui nécessitent l’aide et le soutien d’un réseau de
soignant.e.s à l’écoute et investi.e.s à leur côté.
Dans cet entretien en deux parties, iels sont revenu.e.s sur leurs activités, leur projet commun ainsi que les difficultés rencontrées lors de la période de confinement que nous venons de vivre.
/ !\ ERRATUM - PARTIE 1 / !\ - 12 min 20 : Précisions sur "la prise en charge de 35€ pour une demie-heure de consultation" : En réalité, le dispositif prévoit 10 séances de thérapie de soutien d’une demie-heure couvertes à 22 euros seulement, qui peuvent être renouvelées par 10 séances de psychothérapie de 3/4 d’heures, prises en charges à 32 euros.
Si vous souhaitez les contacter n’hésitez pas à leur écrire à cette adresse : contact@asqf.care

Commenter

Sur le même thème